Familles d'oiseaux

Coenocorypha huegeli

Pin
Send
Share
Send
Send


Snares Island snipe. Adulte. North East Island, Snares Islands, décembre 1985. Image © Colin Miskelly par Colin Miskelly

  • Informations sur les espèces
  • Elevage et écologie

La bécassine des îles Snares est le membre le plus trapu et le plus sombre des bécassines néo-zélandaises. Entre 1953 et 2010, il était considéré comme une sous-espèce de ce que l'on appelle maintenant la bécassine subantarctique. Les comparaisons génétiques ont ensuite confirmé les suggestions antérieures selon lesquelles les oiseaux des îles Snares étaient structurellement distincts de la bécassine trouvée sur les îles plus au sud. Naturellement confinée à un petit groupe d'îles, la bécassine de Snares Island n'a jamais été touchée par des prédateurs introduits. À la suite d'une translocation vers l'île de Putauhinu en 2005 (pour remplacer la bécassine éteinte de l'île du Sud), et des translocations ultérieures vers d'autres îles près de l'île Stewart, la bécassine de l'île Snares est probablement plus abondante qu'à tout moment de son histoire évolutive.

Identification

Les bécassines de Snares Island sont indéniables dans leur aire de répartition, car aucun autre oiseau terrestre de taille similaire n'est présent. Comparées aux autres bécassines néo-zélandaises vivantes, les bécassines de l'île Snares sont plus grosses, avec un bec et des pattes relativement courts. Ils diffèrent également par des plumes barrées sur le ventre et un plumage dorsal moins panaché. Les mâles ont généralement des bords chamois plus clairs sur leur plume dorsale que les femelles, et ont également tendance à avoir des pattes jaunâtres (cf. verdâtre chez la femelle). Les juvéniles sont plus ternes que les adultes, avec le plumage lavé de gris et les pattes olive.

Voix (mâle adulte): un chup chup chup strident se transformant parfois en un queeyoo queeyoo queeyoo bruyant.

Distribution et habitat

La bécassine de l'île Snares est présente sur l'île du Nord-Est (280 ha), l'île Broughton (48 ha) et Alert Stack (5 ha) dans les îles Snares. Ils ont été introduits avec succès sur l'île de Putauhinu (141 ha), une île aux oiseaux de mouton située à 107 km au nord-est, et (en décembre 2012 et 2016) sur l'île de Codfish. Sur toutes ces îles, les bécassines se produisent le plus abondamment dans les zones à couverture végétale dense, y compris Poa les prairies à touffes, et Polystichum fougère sous forêt. La forêt des îles Snares est principalement constituée de marguerites arborescentes subantarctiques (Olearia lyalli), et sur Putauhinu un mélange de Olearia espèces, rata du sud et Hebe elliptica... Sur les îles Snares, les bécassines s'aventurent dans des zones plus dégagées la nuit, sondant dans des pelouses denses de Callitriche Antarctique et Crassula moschata.

Population

La population des îles Snares est d'environ 400 couples (environ 1000 adultes), et il y avait au moins 320 oiseaux présents sur l'île Putauhinu en 2011. Des bécassines ont été observées à des densités allant jusqu'à 10 oiseaux par hectare sur l'île du Nord-Est. Cependant, les densités sont beaucoup plus faibles dans les zones à faible couverture végétale.

Menaces et conservation

La bécassine de l'île Snares est l'une des rares espèces d'oiseaux néo-zélandaises à n'avoir aucun impact reconnu de la part des humains - jusqu'à un impact positif en 2005. Aucune espèce de mammifère introduite n'a jamais été établie sur les îles Snares, qui ont conservé leur végétation d'origine presque intacte. Cependant, les populations entières de bécassines et de deux autres oiseaux terrestres endémiques (tomtit et fougère) seraient menacées par une seule invasion de rats. Cela a été un facteur majeur dans la décision de relâcher 30 bécassines de l'île Snares sur l'île de Putauhinu en 2005, où elles ont rempli la niche libérée par la bécassine éteinte de l'île du Sud (enregistrée pour la dernière fois sur l'île adjacente de Big South Cape en 1964). Les bécassines de l'île Snares ont ensuite été transférées vers l'île Codfish / Whenua Hou (2012 et 2016), Kundy (2015 et 2017) et les îles Mokinui (2017), et sont errantes vers d'autres îles à moutons à proximité. L'accès à la réserve naturelle des îles Snares et à la réserve naturelle de l'île Codfish / Whenua Hou est strictement contrôlé par le ministère de la Conservation, et seules quelques familles ont le droit de visiter les îles Putauhinu, Kundy et Mokinui pour rassembler des moutons (poussins de puffin fuligineux). Il est à espérer que les transferts futurs incluront vers des sites accessibles au public.

Reproduction

Les bécassines de l'île Snares se reproduisent principalement entre novembre et mars, pondant deux gros œufs dans un nid bien dissimulé au niveau du sol. Les deux sexes couvent les œufs et partagent les soins des poussins, le mâle s'occupant du premier poussin à quitter le nid et la femelle du second. Les poussins quittent le nid le jour de l'éclosion et sont pris en charge par l'un de leurs parents pendant 8 à 11 semaines. Chaque couple parent-poussin est complètement indépendant de l'autre, et si l'un des adultes perd son poussin, il peut tenter de se reproduire avec un nouveau partenaire. Cependant, le couple d'origine se réunit généralement au début de la prochaine saison de reproduction.

Comportement et écologie

Les bécassines de l'île Snares sont généralement vues par paires - soit en train de courtiser des adultes, soit des adultes s'occupant d'un seul poussin. Le genre Coenocorypha est unique dans la famille des Scolopacidés car ses espèces sont les seuls membres qui se nourrissent de parade nuptiale. Les mâles nourrissent les femelles pendant les 3 semaines précédant la ponte, fournissant une partie des nutriments nécessaires pour former les gros œufs. Les adultes nourrissent également les poussins, les poussins ne commençant à se nourrir qu'à l'âge de 2 semaines environ. La bécassine de Snares Island peut être vue en train de se nourrir à tout moment du jour ou de la nuit, sondant rapidement jusqu'à ce qu'elle détecte de la nourriture, puis plongeant le bec plus profondément pour l'attraper. La plupart des aliments sont avalés pendant que le bec est encore inséré, mais les articles plus gros sont extraits et manipulés avant d'être avalés. Les après-midi ensoleillés, les célibataires et les couples peuvent dormir dans un coin ensoleillé au milieu d'une végétation dense. Lors de fortes pluies, ils s'abritent souvent sous la couverture impénétrable de Polystichum fougères. Des bécassines de l’île de Snares n’ont jamais été entendues pour effectuer la démonstration aérienne nocturne du «hakawai» donnée par d’autres Coenocorypha bécassine. Cependant, une usure des plumes de la queue qui serait causée par l'affichage a été observée sur deux des hommes transférés sur l'île de Putauhinu.

Aliments

Les bécassines de l'île Snares obtiennent toute leur nourriture en sondant le sol et la boue, consommant une grande variété d'invertébrés qui s'y trouvent. Les principales proies comprennent les amphipodes (larves), les vers de terre, les coléoptères adultes et les larves et les chrysalides de mouches et de coléoptères.

Sites Internet

Les références

Baker, A.J., Miskelly, C.M., Haddrath, O. 2010. Limites d'espèces et différenciation des populations chez les bécassines de Nouvelle-Zélande (Scolopacidae: Coenocorypha). Génétique de conservation 11: 1363-1374.

Miskelly, C.M. 1989. Système d'incubation flexible et incubation prolongée chez la bécassine néo-zélandaise. WilsonBulletin 101: 127-132.

Miskelly, C.M. 1990. Systèmes de reproduction de la bécassine néo-zélandaise Coenocorypha aucklandica et bécassine de Chatham Island C. pusilla, sont-ils limités en nourriture? Ibis 132: 366-379.

Miskelly, C.M. 1999a. Écologie de reproduction de la bécassine de l'île Snares (Coenocorypha aucklandica huegeli) et la bécassine de Chatham Island (C. pusilla). Notornis 46: 57-71.

Miskelly, C.M. 1999b. Contraintes sociales à l'accès aux partenaires dans une population à forte densité de bécassines néo-zélandaises (Coenocorypha aucklandica). Notornis 46: 223-239.

Miskelly, C.M. 2005. Preuve de l'exposition aérienne 'hakawai' par Snares Island snipe (Coenocorypha aucklandica huegeli). Notornis 52: 163-165.

Miskelly, C.M., Charteris, M.R., Fraser, J.R. 2012. Transfert réussi de la bécassine de Snares Island Coenocorypha huegeli pour remplacer la bécassine éteinte de l'île du Sud C. iredalei. Notornis 59: 32-38.

Miskelly, C.M., Sagar, P.M. 2005. Record de longévité de la bécassine Snares Island (Coenocorypha aucklandica huegeli). Notornis 52: 121-122.

Miskelly, C.M., Sagar, P.M., Tennyson, A.J.D., Scofield, R.P. 2001. Birds of the Snares Islands, Nouvelle-Zélande. Notornis 48: 1-40.

Miskelly, C.M., Walker, K.J., Elliott, G.P. 2006. Écologie de reproduction de trois bécassines subantarctiques (genre Coenocorypha). Notornis 53: 361-374.

Digne, T.H., Miskelly, C.M., Ching, R.A. 2002. Taxonomie de la bécassine des îles du Nord et du Sud (Aves: Scolopacidae: Coenocorypha), avec l'analyse d'une remarquable collection d'os de bécassines de Greymouth, Nouvelle-Zélande. Journal néo-zélandais de zoologie 29: 231-244.

Citation recommandée

Miskelly, C.M. 2013 [mis à jour 2020]. Snares Island snipe. Dans Miskelly, C.M. (éd.) Nouvelle-Zélande Birds Online. www.nzbirdsonline.org.nz

Identification

Une bécassine bien camouflée, dodue et à pattes courtes, que l'on trouve principalement dans une végétation dense. Naturellement confiné aux îles Snares, mais transféré vers plusieurs îles près de l'île Stewart.

Pin
Send
Share
Send
Send